Pionnier de la 4G en France, Bouygues Telecom se prépare activement à la mise en place de la 5G, et ambitionne de conserver son avance technologique aussitôt l’introduction de cette prochaine génération de réseau mobile, prévue pour 2020.

Bouygues Telecom, fait de l’avance technologique un pilier de sa nouvelle stratégie. En partenariat avec l’équipementier Ericsson, ils ont donc procédé à un test dans son Technopôle de Meudon-la-Forêt afin d’arriver à un débit compatible à ce réseau 5G, et de démontrer les qualités de cette nouvelle technologie ultra haut débit.

Au cours de ce test, Bouygues Telecom a réussi à obtenir un débit de 25,2 Gb/s sur une antenne 5G avec une latence de 3 millisecondes. Pour cela, ils ont utilisé deux prototypes de terminaux 5G.

Plus de débits et moins de latence sont les principales améliorations que la 5G va apporter par rapport aux réseaux 4G actuels. Ce qui permettra l’accès au très haut débit mobile, l’hyper-connectivité grâce au raccordement de très nombreux objets communicants, les connexions très délicats d’appareils et de véhicules. La 5G peut également offrir une excellente transmission de vidéos en ultra HD, de même que la Réalité Virtuelle Augmentée jusqu’au terminal.

En plus, le beamforming adaptatif ou technologie de formation de faisceau est une caractéristique essentielle de cette nouvelle technologie. Avec les réseaux 2G, 3G ou 4G actuels, une antenne étend ses signaux dans un cercle délimité, dénommé cellule. Les débits déployés par cette antenne à l’intérieur de cette cellule sont distribués à tous les mobiles connectés simultanément sur la même cellule.  Avec la 5G, le principe sera différent. Un mobile localisé dans la zone de l’antenne verra un faisceau canaliser sur lui les ondes, ce qui lui conférera sa propre cellule. Chaque terminal bénéficiera ainsi d’un débit maximal offert par l’antenne. Comme une antenne 5G ne sera pas en mesure d’amplifier perpétuellement les faisceaux individuels, les utilisateurs pourront toujours, partager le débit disponible offert par la cellule.

Les bandes de fréquences utilisées actuellement sont surchargées par de nombreux usages : radio, TV, et téléphonie. Bouygues Telecom va ainsi exploiter de nouvelles bandes de fréquences avec de larges bandes disponibles. Il a reçu une autorisation d’expérimentation pour la fréquence 3,5 GHz et la très haute bande 26 GHz, servira de réservoir pour inhaler le fort trafic dans les zones très denses des grandes villes ou encore les lieux de fortes affluences.

Pour s’armer pour le passage à la 5G, Bouygues Telecom procède à des mises à niveau de son réseau comme le raccordement des sites radio en fibre optique, mise en place de premières briques de réseau Cloud Ran, virtualisation de son cœur de réseau, et mise en place de micro-cellules embarquées dans du mobilier urbain.

Les avancées qu’apportera la 5G profiteront aux nouvelles technologies. Et le très haut débit en zone rurale en bénéficiera aussi. La définition de la norme et ensuite l’attribution des nouvelles fréquences n’interviendra pas avant 2019 et le lancement commercial prévu en 2020.

Article précédentArticle suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *